Coronavirus :
Financement

La crise du coronavirus a mis l'économie allemande sous haute tension. Des entreprises doivent réduire, voire arrêter complètement leur production, des commerces, restaurants et entreprises du secteur des loisirs doivent fermer en raison d’injonctions administratives, des organisateurs d'événements doivent annuler leurs manifestations. La question se pose rapidement : comment puis-je poursuivre mon activité dans ces circonstances ? Comment puis-je obtenir un chiffre d’affaires pour payer mes factures ? Quelle est l'aide gouvernementale disponible pour mon entreprise ? Nous vous montrons comment sécuriser vos liquidités et stabiliser votre entreprise.

ICI nous avons rassemblé pour vous un aperçu clair des différentes mesures actuelles, mises en place par le gouvernement fédéral.
ICI vous pouvez consulter les différentes mesures de tous les Länder.

 

Lancez les contre-mesures – demandez des aides d’Etat !

Le gouvernement fédéral a sorti le "bazooka" pour obtenir des liquidités : pour les moyennes et grandes entreprises, il est possible de profiter de divers programmes de la KfW (banque publique allemande de soutien aux entreprises) très sensiblement renforcés. Le traitement proprement dit se fait alors généralement par l'intermédiaire de la banque habituelle de l’entreprise concernée.

Depuis le 5 avril 2020, un programme d’aide supplémentaire a été mis en place pour les petites et moyennes entreprises (PME) : le crédit rapide de la KfW (banque publique allemande de soutien aux entreprises), KfW-Schnellkredit. Celui-ci est accessible aux entreprises de plus de dix salariés qui sont présentes sur le marché depuis au moins le 1er janvier 2019. Le volume de crédit qui peut ainsi être accordé peut représenter jusqu'à trois mois de chiffre d'affaires de l’année 2019. Ce programme d’aide est plafonné à 800 000 euros pour les entreprises de plus de cinquante salariés et à 500 000 euros pour les entreprises employant jusqu'à cinquante salariés. L'entreprise ne doit pas connaitre de difficultés financières au 31 décembre 2019 et doit présenter une situation économique saine. En outre, l'emprunteur doit avoir enregistré un bénéfice au titre de l’année 2019 ou un bénéfice moyen calculé sur les trois dernières années. Le taux d'intérêt est de 3% pour un prêt d’une durée de dix années. La banque émettrice, la banque habituelle de l’entreprise concernée, obtient de la KfW une décharge de responsabilité, Haftungsfreistellung, pour la totalité du montant du prêt consenti, couverte par une garantie du gouvernement fédéral. Le prêt est approuvé sans autre évaluation des risques par la banque ou la KfW, afin de permettre de débloquer les fonds le plus rapidement possible. Ce programme spécifique d’aide de la KfW doit encore être approuvé par la Commission européenne en vertu de la réglementation sur les aides d'État et pourra, selon les dires du gouvernement allemand, dans la foulée démarrer.

En outre, le gouvernement fédéral a lancé un programme complet pour les plus petites entreprises comptant jusqu'à dix salariés, qui sont actuellement particulièrement touchées. Le programme permet d'accorder des subventions de manière non bureaucratique d'un montant maximal de 15 000 euros. Cette subvention ne doit pas être remboursée ultérieurement.

Les différents Länder ont également réagi et lancé leurs propres programmes de soutien, très hétérogènes, pour leurs économies régionales respectives. Il faut s'attendre à ce que des programmes de subvention en ce sens pour les moyennes et grandes entreprises soient également mis en place à court terme. Toutefois, les détails ne sont toujours pas connus. Les conditions pour le versement de ces fonds de prêts ou d'aides directes varient beaucoup selon les programmes. Nous serions heureux de vous aider à profiter de ces fonds le plus rapidement et le plus facilement possible. Lorsque des attestations d'experts sont requises à cet effet, Schultze & Braun peut vous les fournir. Veuillez nous contacter à tout moment.

De surcroit, il est possible d'utiliser des options de financement alternatives, telles que l’affacturage, l’achat par l’intermédiaire d’un tiers pour obtenir des délais de paiement allongés jusqu’à 120 jours (Finetrading) ou le sale-and-leaseback, qui ont fait leurs preuves dans de nombreuses crises économiques.

Si d’autres créanciers financiers menacent de mettre fin à leur financement en faisant valoir, par exemple, que certaines conditions convenues dans l’accord de financement ne peuvent plus être remplies, le dirigeant doit tenter au plus tôt de négocier une solution et, si nécessaire, budgétiser des besoins de liquidités supplémentaires.

Les petites entreprises peuvent, dans certaines circonstances, bénéficier de nouvelles dispositions législatives telles qu'un moratoire de paiement ou un droit temporaire de refuser l'exécution, afin d'éviter de devenir insolvables face à la crise du coronavirus, en raison d'obligations de paiement existantes. En outre, le paiement des loyers peut être suspendu jusqu'à la fin juin 2020, sans sanction de résiliation, afin de préserver les liquidités.


Vos interlocuteurs